La création d'entreprise (2ème partie)

DE L’INTROSPECTION…

Une fois l’idée trouvée, il faut faire un travail d’introspection sur soi : suis-je compétent dans ce domaine d’activité ? Devrais-je me former ? Ai-je la motivation de me consacrer à un projet chronophage ? Suis-je prêt à accepter les risques financiers du projet ? Quel sera l’impact sur ma vie familiale de la création de mon entreprise ?

Ce sont toutes ces questions que l’on s’est posé avant de nous lancer dans un projet de création d’entreprise. Une fois lancé, on peut avoir du mal à prendre du recul sur ces questions. Il faut en parler aussi à son entourage pour savoir quel est leur sentiment sur ce projet, sur ses nos compétences à le mener à bien… L’entourage peut aussi avoir des contacts dans ce domaine, un réseau qui faciliterait l’activité.

Ce bilan personnel des motivations, compétences et des contraintes du projet est une première phase primordiale.

ANALYSER LE MARCHE

Si l’on estime que l’idée peut être développée, qu’on a la motivation et les compétences nécessaires, il faut tout de même analyser le marché sur lequel nous souhaitons nous lancer pour voir quels sont les obstacles qui pourraient se dresser face à notre projet.

Cette étape nous a permis de connaitre les tendances du marché, d’en connaitre les acteurs et concurrents et donc voir l’opportunité de se lancer.

Il faudra également déterminer le chiffre d’affaires potentiel que l’entreprise pourra réaliser. Pour cela, on peut  s’appuyer sur l’analyse des bilans financiers des concurrents, sur le seuil de rentabilité qui permet de couvrir les charges fixes, l’étude auprès des clients de leurs besoins et les enquêtes qui peuvent exister dans notre domaine. Toute information récoltée aura plus d’impact si elle est validée par le terrain.

Il faudra également dans l’étude de marché déterminer la stratégie commerciale qui permettra d’atteindre les objectifs de chiffre d’affaires potentiel.

En ce qui nous concerne, nous avons privilégié la relation entre l’auteur et les acheteurs en réalisant de la vente directe de leur BD, Mangas, livres par les auteurs qui peuvent ainsi expliquer leur travail et dédicacer leur album. La vente se fera sur les salons du livre où se réunissent les cibles de clientèle visées, les amateurs de BD et mangas intéressés par des nouveautés.

Afin de toucher le plus de clientèle, il faut déterminer un « mix marketing » en adéquation avec les attentes des clients :

-         Le Produit : quelle qualité ? Par exemple, la qualité de papier pour une BD et pour un manga ne sera pas la même, car son utilisation n’est pas la même.

-         Le Prix : le prix doit être en adéquation avec le produit proposé et ne pas dépasser le prix psychologique que le client est prêt à mettre pour un produit de ce type ?

-         La Distribution : comment allons nous vendre et par quel réseau de distribution ?

-         La Communication : comment allons-nous nous faire connaitre ? Par quel canal de communication allons-nous faire de la publicité ?

Les différentes étapes que nous venons de voir nous amènent à nous poser une autre question essentielle : cette activité est-elle rentable ?

PN

Écrire commentaire

Commentaires : 0