Focus sur L'EQUIPE Z

L’Equipe Z est un manga européen édité par KOTOJI Editions, réalisé par Edmond TOURRIOL, Daniel FERNANDES et Albert CARRERES, prévu en 3 tomes, dont le numéro 1 sera disponible sur la France et la Belgique le 29 janvier 2016.

 

Pour KOTOJI, il s'agit historiquement de notre plus gros placement en librairie et par conséquent d'une grosse étape dans notre jeune vie d'éditeur.

 

 

Résumé

Hugo, adolescent doué mais timide, fait la connaissance du flamboyant Majid, footballeur maudit. Bien que concurrents, ils apprendront à se serrer les coudes pour passer les épreuves imprévisibles et impitoyables de leur coach Adrien. Ils devront révolutionner leur manière de voir le football et montrer toutes leurs qualités humaines pour intégrer l’Équipe Z et, qui sait, réussir à porter le maillot du club de leurs rêves ?

 

 

 

Les auteurs de l’Equipe Z

Albert Carreres est un dessinateur espagnol ayant travaillé sur trois titres du studio MAKMA : Banc de Touche (prépublié dans le journal L’Équipe, pendant la Coupe du Monde 2010), Zlatan Style (dont le troisième volume vient tout juste de paraître aux éditions Hugo BD) et Urban Rivals (chez Delcourt). Par ailleurs, Albert n'est pas novice en matière de mangas sportif puisqu’il a signé la série Hand 7 chez Shogun/Les Humanos.

 

Scénariste de Reflex, Spell et de La Fiancée du Tentacule chez Climax Comics, Daniel FERNANDES enchaîne rapidement en écrivant le crossover OZARK/SPELL et une histoire courte d’HOMICRON pour la collection Pocket de Semic. Après la naissance du studio MAKMA dont il est l’un des membres fondateurs, il crée le comic book DIVISION K pour un éditeur mexicain et traduit plusieurs bandes dessinées américaines pour Semic (Batgirl, Robotech, Transformers, Zero Hour). Il a en outre scénarisé la série parodique Banc de Touche chez Kantik (deux tomes parus et un hors-série « spécial Marseille ») et La France de Tout En Bas chez BAC@BD.

 

Scénariste BD / euromanga, traducteur de comics et lettreur, Edmond Tourriol supervise au sein du studio MAKMA toutes les étapes de la création d'une bande dessinée : script, storyboard, crayonné, encrage, colorisation, lettrage. Il intervient également comme conférencier, animateur et formateur sur le thème de l'écriture BD, de la culture comics ou des mangas. En tant que scénariste, il a écrit Zeitnot (Humanos), Mix-Man (Milan), Urban Rivals (Fool Strip), Banc de Touche (Kantik). Pour Semic, Bamboo, Delcourt ou Milady Graphics, il a traduit des centaines de comics dont Batman, Superman et Walking Dead.

 

En tant que lettreur, il est intervenu sur toute la production des éditions Fei (BD chinoise).

 

Une co-production Flibusk / Kotoji :

 

Fondé en 2001 par Stephan BOSCHAT et Edmond TOURRIOL, le studio MAKMA est spécialisé dans l'image et la bande dessinée. Les artistes de l'équipe interviennent à tous les niveaux de la création : scénario, crayonné, encrage, couleur, lettrage. MAKMA fédère une quarantaine d'auteurs de BD venus du monde entier et exerçant dans tous les styles : franco-belge, comics, manga. Parmi quelques projets MAKMA, citons Zeitnot, Last Seduxion (euromanga) et Urban Rivals (comics).

 

Le studio MAKMA a créé le label FLIBUSK, afin de donner vie à des projets qui ne pourraient sans doute pas se financer autrement.

 

C’est ainsi que FLIBUSK a organisé une campagne de crowdfunding permettant de lever plus de 8000 euros auprès de 230 contributeurs sur la plateforme Ulule.

 

C’est au cours d’une rencontre au festival d’Angoulême que les responsables de KOTOJI et de MAKMA se sont rencontrés. Ils ont ainsi échangé sur une vision commune de la création, son financement et sur les mutations du marché de la BD et du livre illustré.

 

C’est là que MAKMA avait présenté le projet de l’EQUIPE Z à KOTOJI. Partageant la même vision sur le sport, les deux structures ont trouvé évident qu’il s’agissait d’un titre à développer ensemble.

 

L’EQUIPE Z est donc la troisième co-production entre les deux entités, qui préparent encore d’autres surprises pour les mois et années à venir…

 

Les valeurs transmises par l’Equipe Z

 

Les personnes derrières l’Equipe Z sont toutes passionnées par le football. Il s’agit d’un sport dont on parle malheureusement trop pour ses dérives, ses polémiques et tout ce que cela induit.

 

Nous voulions avec ce titre, revenir vers les fondamentaux et montrer le football sous un angle plus positif.

 

Le football, c’est avant tout le sport le plus populaire au monde, qui véhicule un ensemble de valeurs telles que le respect, le fair-play ou la solidarité.

 

L’Equipe Z est une série qui mêle des jeunes personnages de milieux sociaux différents, faisant notamment la part belle aux personnages féminins.

 

La réussite de tous, passe par la solidarité et leurs qualités humaines respectives.

 

L’EQUIPE Z : UN TOURNANT DANS LE FINANCEMENT DE LA BD EN FRANCE ?

 

KOTOJI et FLIBUSK ont fait ensemble le constat que le modèle économique de la bande-dessinée en France est totalement à repenser.

Les tirages par livre sont de moins en moins élevés et les ventes moyennes par titre ne cessent de diminuer, alors qu’au contraire, les titres et la diversité de ceux-ci n’ont jamais été aussi nombreux.

De ce fait, la rentabilité pour les petites structures éditoriales est fragilisée et l’auteur devient une variable d’ajustement pour de nombreux éditeurs, les tarifs à la planche ne cessant eux aussi de diminuer.

 

Forts de ces constats, KOTOJI et FLIBUSK ont joint leurs forces afin d’initier de nouveaux projets plus respectueux des auteurs pour le financement de leur travail et dans leur liberté de création.

 

KOTOJI avait notamment pu sortir la bande-dessinée PETITES HISTOIRES DE LA GRANDE GUERRE en 2014 en travaillant avec le festival BD de Vitry le François pour financer ce projet qui était à la fois un livre et une exposition sur la Grande Guerre. L’exposition a permis de très bien financer la création par les 21 auteurs du collectif et l’impression de l’ouvrage a été prise en charge par KOTOJI.

 

Mais avec l’EQUIPE Z, une nouvelle étape est en cours avec pour la première fois en France, une BD co-financée par du placement de produits.

 

 

Placement de produit et sponsoring dans une BD : une première en France

A notre connaissance, le placement de produit et le sponsoring pour financer la création d’une bande dessinée est une première en France.

Si la pratique est largement répandue dans le milieu du cinéma par exemple, personne n’avait osé s’aventurer sur ce terrain.

 

En outre, pour pouvoir expérimenter une telle pratique, il nous a semblé qu’un manga sur le football était un titre idéal en la matière, dans la mesure où le sport est un milieu qui pratique le sponsoring depuis très longtemps que ce soit au niveau professionnel ou amateur. Il n’était donc pas illogique d’avoir des partenaires affichés sur les maillots des joueurs ou encore autour du stade.

Le football est par ailleurs un sport idéal pour le placement de produits.

C’est pourquoi, nous avons conclu un premier accord avec le fabricant de chaussures MILEMIL, de fabrication 100% française, qui est devenu notre partenaire financier sur L’EQUIPE Z par la mise en avant de sa marque et le placement de ses chaussures dans le manga.

 

 

D’autres partenariats sont en cours de finalisation…

Une campagne de crowdfunding menée avec succès

 

L’EQUIPE Z existe aujourd’hui également grâce au soutien des internautes sur la plateforme Ulule pour co-financer la création du manga.

Flibusk a ainsi pu lever plus 8300 € d’une part, mais également mobiliser et se créer une communauté qui seront les prescripteurs de l’EQUIPE Z.

La démarche n’est pas nouvelle, mais elle s’inscrit dans un mouvement général qui permet de repenser les modèles de financement dans la BD.

 

 

RENCONTRE AVEC EDMOND TOURRIOL

 

 

 

Interview du scénariste à l’origine de l’EQUIPE Z

 

 

 

Bonjour Edmond, peux-tu te présenter en quelques mots ?

 

 Salut. Eh bien, je suis le co-fondateur du studio MAKMA, au sein duquel on réalise tout ce qui se fait dans la BD : scénario, dessin, couleur, lettrage, etc. À titre personnel, je suis scénariste et traducteur. En manga, j’ai notamment écrit Zeitnot dans la collection Shogun, et co-écrit Urban Rivals chez Delcourt. Par ailleurs, j’adore le foot et j’ai scénarisé un bon paquet de bandes dessinées humoristiques autour de ce sport, comme Banc de Touche qui était publié dans le journal L’Équipe, ou Zlatan Style, chez Hugo BD. En tant que traducteur de comics, vous pouvez lire mon travail sur Green Lantern, la Ligue de Justice ou encore sur Walking Dead, dont j’ai traduit tous les épisodes depuis une dizaine d’années !

 

 

 

Pourquoi ce nom « l’équipe Z » ?

 

Eh bien, un personnage explique tout ça dans le manga : nos héros n’ont pas été retenus pour faire partie de l’équipe A du FC Metropolis. Ils n’ont pas non plus été pris dans l’équipe B, ni dans l’équipe C. Ils ont été refusés par tout le monde. Et dans une boutade, leur entraîneur annonce qu’il va diriger une équipe « Z ». Au-delà de ça, les connaisseurs reconnaîtront aussi un hommage à la série animée Cobra, et notamment à la saga du Rugball !

 

 

 

L’EQUIPE Z n’est pas ta première incursion dans la BD de football. D’où te vient cette passion pour ce sport ?

 

Je n’ai jamais pratiqué le foot en tant que licencié. Pourtant, quand j’étais gosse, j’y ai consacré tous mes après-midis disponibles. Avec mes potes, on jouait le mercredi, le samedi et le dimanche. Dans la rue, sur un terrain bitumé, ou sur des terrains plus ou moins bien entretenus du bled où j’habitais. Quand on essayait d’aller jouer sur le terrain officiel de la ville, on se faisait virer à coup de pied au cul !

 

Aujourd’hui encore, je tape dans la balle, en salle. Le terrain est plus petit, mais ça court quand même beaucoup, et c’est dur sur les appuis. Mon corps de quarantenaire est mis à rude épreuve !

 

Attention, hein… à me lire, comme ça, n’allez pas croire que je sais jouer, hein ? Je suis nul, techniquement. J’ai une endurance correcte et je m’accroche, mais je dribble comme un plot.

 

 

 

Aujourd’hui, quand on parle football dans les médias généralistes, c’est pour parler de sextapes, de corruption à la FIFA, du salaire des joueurs, la violence autour des stades… Quel est ton avis sur la question car tu donnes une toute autre image de ce sport dans l’EQUIPE Z ?

 

Aux gens qui jalousent les footballeurs, je leur conseille de faire footballeur, comme métier. Après tout, si c’est si facile, ils n’ont qu’à le faire. Sacrifier toute sa jeunesse, ses amis, ses week-ends, pour atteindre un but incertain, c’est quelque chose que je respecte.

 

La sextape de Valbuena, je ne l’ai pas vue. La corruption à la FIFA ? Oui, bien sûr. La corruption est partout, et pas que dans le sport. Au moins, à la FIFA, ils ne livrent pas d’armes. Le salaire des joueurs ? Et alors ? La plupart ne travaillent que durant cinq ans. Et ils sont loin de tous gagner autant qu’on le prétend. Il y a des métiers qui payent tout autant et qui nécessitent bien moins de sacrifices, avec un retour sur investissement bien plus sûr.

 

 

 

Tu es connu en tant que traducteur de comics américains dont Walking Dead, le manga est-ce que c’est un tout autre monde pour toi ?

 

Il s’agit avant tout de raconter des histoires. Le manga, c’est surtout un format. Il faut laisser la part belle à l’action en privilégiant un découpage très dynamique. Mais fondamentalement, c’est quand même le même boulot : c’est de la narration graphique.

 

 

 

Cela fait maintenant un peu plus d’une décennie que le manga à la française tente de s’imposer dans l’hexagone et on est en train de voir que le public ne suit vraiment que maintenant. Est-ce que tu estimes faire partie d’un mouvement dans le « manga français » ou le « global manga » comme certains l’appellent ?

 

 Est-ce que je fais partie d’un mouvement ? Je ne sais pas. Une chose est sûre, j’étais là en 2007 dans Shogun Mag, et je suis toujours là en 2016, avec d’autres projets. Il n’y a pas vraiment de « mouvement » organisé, je pense. Il y a surtout des envies d’auteurs qui ont grandi avec ces nouveaux codes et qui demandent à exprimer ça dans leur travail. Je suis de la génération qui a découvert Goldorak et Albator dans Récré A2. J’ai acheté les premiers Akira en version souple et grand format de chez Glénat. J’ai lu le magazine Kaméha et le fanzine Mangazone… bref, j’ai vraiment baigné dans la culture manga depuis tout petit, même si je donnais tout de même la priorité aux comics, et surtout à l’univers Marvel. Je crois qu’on est plusieurs auteurs aujourd’hui, qui ont entre 30 et 45 ans, qui ont cette même culture commune, et ces mêmes envies d’expression.

 

 

 

Tu travailles avec Albert CARRERES, dessinateur espagnol, sur L’EQUIPE Z. Comment travaillez-vous ensemble ? En français, en anglais ou en espagnol ? Est-ce que tu traduis au préalable ton scénario avant de l’envoyer à Albert ?

 

Albert est génial. Et il est bien plus fort que moi pour les langues. J’écris tout en français, car il le lit et le comprend très bien. En revanche, il hésite encore à le parler, il n’est pas très à l’aise dans notre langue. Du coup, quand on se parle en vrai, on parle anglais, car je n’ai toujours pas réussi à apprendre l’espagnol (j’ai essayé mais j’ai abandonné, par manque de temps… il faudra que j’y revienne) !

 

 

 

Tu travailles également avec un co-scénariste, Daniel FERNANDES. Comment travaillez-vous ensemble sur l’écriture ?

 

Avec Dan, on discute de l’histoire qu’on veut raconter ? On balance des idées. Des répliques. Des personnages. Des scènes. On met tout ce qui nous passe par la tête sur la table, et on fait le tri. On essaie de suivre une ligne directrice pour bâtir la trame générale de l’histoire, puis on réfléchit à l’évolution de nos personnages : où veut-on les emmener à la fin ? Une fois qu’on sait à peu près où on va, on rédige ensemble un premier synopsis court, à partir duquel on va faire évoluer des versions de plus en plus longues, à tour de rôle. Ensuite, on se partage les chapitres et on s’occupe de les découper et de les dialoguer. Après coup, on fait une nouvelle relecture commune pour lisser les textes et effectuer les ultimes retouches.

 

 

 

As-tu d’autres projets en cours, dans le manga européen ou dans la BD de sport ? Peux-tu nous en dire quelques mots ?

 

Dans la BD de sport, oui, et notamment dans le foot, puisque je viens de signer (avec Albert au dessin) pour réaliser le manga du Paris Saint-Germain ! Je prépare aussi l’écriture d’une autre BD humoristique sur le foot (encore), à l’occasion de l’Euro 2016 qui se tiendra en France. Pour simplifier, disons que ce sera un mélange entre Banc de Touche et Zlatan Style.

 

 

 

 

Écrire commentaire

Commentaires : 0